sexta-feira, 29 de fevereiro de 2008

Mots d'autrui I - Continuer

Continuer, voilà ce qui est difficile.

Au bout de toute liberté, il y a une sentence; voilà pourquoi la liberté est trop lourde à porter, surtout lorsqu'on souffre de fièvre, ou qu'on a de la peine, ou qu'on n'aime personne.

Ah! mon cher, pour qui est seul, sans dieu et sans maître, le poids des jours est terrible. Il faut donc se choisir un maître, Dieu n'étant plus à la mode.


Albert Camus, in La Chute

1 comentário:

ArchDuke disse...

Que belo!